C’est en 1995 à Wambrechies, charmante petite ville au nord du nord de ce non moins charmant pays qu’est la France (prononcer "la Frrâânceu"), que tout a commencé.
Certainement contaminés par les vapeurs émanant de la distillerie toute proche (là où d’obscurs personnages fabriquent un breuvage dénommé Genièvre, qui a l’étrange propriété de rendre tout bizarre les gens qui en mettent trop dans leur café), une tribu de jeunes punks iconoclastes décide de flinguer le calme bucolique des rives de la Deûle.

Et pour cela, tout est bon... organisation de concerts plus ou moins sauvages, de javas nocturnes, fondation de l’association CALREW (avec d'autres groupes du coin) et d’une espèce de "fanfare destroy" : le PAMBANIZZA CIRKUS. Enfin, quand l’on parle de fanfare, il est tout de même bon de préciser que celle-ci ne défile jamais. Il est en effet très dificile de marcher au pas en ayant une batterie 6 fûts au pied droit et en traînant des amplis.

Cette fanfare-là fait plutôt dans le reggae-billy que dans la parade annuelle des pompiers, et préfère nettement les "dragsters" aux chars d’assaut.Quoique, lâchés sur une scéne, les 8 (ou 9, ou 10...)

 

Pambas ressemblent plus à une charge de Panzers biens bourrés qu’à un défilé de majorettes !

 

Chaque concert est un cocktail de Nitro-glycérine, de bonne humeur et de mouvements rythmés, que certains apparentent parfois à de l’aérobic pour les non-sportifs. Le groupe affirme même avoir vu (pas cru voir : vu!), à de nombreuses reprises, des centaines de personnes leur faire face et courir sur place à quelques centimètres de la scène. Certains d’entre-eux se sont même jetés en l’air de leur propre chef, c’est vous dire!

 

En 1998, le PAMBANIZZA CIRKUS s’offre à l’usage domestique en léguant 4 de ses titres plus ou moins bien enregistrés sur une rondelle de P.V.C insollé répondant au doux nom de "GUERILLAS". Ce disque, ainsi que ceux qui suivront, sort chez VERONE MUSIC, il est la première production d’un label sur lequel on retrouve aujourd’hui des artistes comme KINO ou les MAUVAISES LANGUES...

"On va en faire que 1000, de toute maniére on va devoir en filer la moitié si on veut pas rester avec !"

Résultat : 1000 exemplaires vendus en 6 mois et reédités.... "l’a pas fait exprès..."

 

En février 2000 sort "UN HOMMACH’ A VOUS OTTES" où une flopée de groupes du Nord-Pas de Calais rendent hommage aux CAPENOULES, ces vieux chanteurs grivois de la région. Une grosse java. Un gros succès.

 

Noël 99/2000 : "on repart au charbon", ce coup-ci le groupe prépare son coup : Une dizaine de titres tous un peu crâmés, alliant les bonnes vibrations du reggae avec du "boogie-punk". "VIXENISSIMO" sort en juin et c’est un peu comme si Motörhead faisait du dub... Mais en plus PAMBA ! (pin-up inclues...). Encore de quoi faire sa petite gym chez soi, entre amis, au milieu du salon.
Et voilà, avec tout ça, le groupe n’a pas chômé : en état de tournée permanente, dans sa région et ailleurs, le plus loin et le plus souvent possible, avec un line-up qui a un peu évolué, mais toujours avec ses deux gros poilus aux trompettes et ses -au moins- 6 autres déjantés pour mener le bal.

 

Bonne gym !!!

Phillo maligno - chant
Matt Barman - bass
Steeefff - trompette
Jahjah Vn Fab - trompette
Pierrot - trombone
Van Bert VandenCarrette - batterie
Van Ben VandenCarrette - guitare
Mr Poule - guitare
Bob Ta Chee Tswann - chant/guitare
Matt Descamps - son
Babass - son
Metal Mike - Backline